©2019 by Concours : Penser la Côte d’Ivoire en 2020.

homepage.jpg

Le Concours

Á l’approche des élections présidentielles en Côte d’Ivoire, le climat politique est préoccupant. Les prises de position se radicalisent au point de menacer gravement et durablement la cohésion sociale.

            La majorité de la population observe avec une réelle inquiétude cette nouvelle crise aux conséquences potentiellement désastreuses. Après les événements de 2010-2011 qui ont mené à un violent conflit dont le pays ne s’est pas encore relevé, il est urgent de corriger les sources de fracture avant qu’elles n’atteignent un niveau de dégradation irréversible.

            Cet appel à réflexion est ouvert à tous ceux et celles qui résident en Côte d’Ivoire ou dans la diaspora, quel que soit leur secteur d'activité.

            Nous recherchons des textes non partisans prenant en compte la société ivoirienne dans son ensemble et proposant une analyse constructive, ainsi que des propositions respectueuses des différences.

Á vous de choisir le genre littéraire qui vous permettra d’exprimer le mieux vos idées.

 

CALENDRIER ET CONSIGNES DE RÉDACTION

20 NOVEMBRE 2019

Date limite pour la réception des textes

TEXTE ENTRE 1000 ET 2000 MOTS MAXIMUM

Interligne simple, police Time New Roman, caractère 12

AJOUTEZ VOTRE BIOGRAPHIE DE 100 MOTS

Au début de votre texte, ajoutez votre biographie de 100 mots maximum et votre adresse électronique

20 JANVIER 2020

Annonce des résultats

 

LES PRIX

Les trois textes sélectionnés par le jury seront primés comme suit :

 

PREMIER PRIX

1 000 000 franc CFA

____________________

DEUXIÈME PRIX

600 000 franc CFA

____________________

TROISIÈME PRIX

400 000 franc CFA

____________________

 

LE JURY

COMITÉ DE PILOTAGE

VÉRONIQUE TADJO

Poète, romancière, universitaire, peintre et auteure de livres pour la jeunesse, Véronique Tadjo  a grandi à Abidjan où elle a fait ses études scolaire et universitaire. Puis elle s’est spécialisée dans le domaine noir américain à la Sorbonne, Paris IV. Elle a remporté plusieurs prix littéraires dont le Grand prix d'Afrique noire pour son livre « Reine Pokou » et des distinctions au niveau de la culture. Son roman « En Compagnie des hommes » parle de l'épidémie à virus Ebola de 2014. Après avoir vécu au Nigeria, au Kenya et en Afrique du Sud, elle partage maintenant son temps entre Londres et Abidjan.

ADAMA SAMAKE

Adama SAMAKÉ est Maître de Conférences de Lettres Modernes à l'université Félix Houphouët Boigny de Cocody-Abidjan (Côte d'Ivoire) et rédacteur en chef de la revue LES CAHIERS DU GRATHEL. Il a publié récemment: « Roman africain et idéologie : l'identité dans le jeu scripturaire de Mongo Beti » Paris, Complicités, 2019.  Ses recherches s'intéressent aux théories sociohistoriques, la sociocritique en particulier, à l'idéologie, à la question de l'aliénation et de la conscience prométhéenne dans le roman africain francophone. Autre ouvrage, « L' Afrique et le troisième millénaire », Paris, Publibook, 2015.

MAKHILY GASSAMA

Makhily Gassama a occupé le poste de premier Conseiller Culturel du Président L. Sédar Senghor avant d’être ambassadeur, puis Ministre de la Culture du Sénégal. Au niveau international, il a été directeur général de la Culture à l’Agence de Coopération Culturelle et Technique (Paris) et représentant de l’UNESCO en Afrique centrale. Essayiste, il a écrit « Kuma: Interrogation sur la littérature nègre de langue française » ; « La langue d’Ahmadou Kourouma », ainsi que « Politique et poétique au sud du Sahara ». Il a aussi dirigé des ouvrages collectifs : « L’Afrique répond à Sarkozy »  et « 50 ans après, quelle indépendance pour l’Afrique »?

 

AUTRES MEMBRES DU JURY

TANELLA BONI

Tanella Boni est poète (une douzaine de recueils, dont le dernier publié, « Là où il fait si clair en moi », 2017, a obtenu le Prix Théophile Gautier de l’Académie Française 2018. Auteure de livres jeunesse ;  romancière et essayiste (entre autres « Matins de Couvre-feu », Prix Ahmadou Kourouma, 2005 ; « Que vivent les femmes d’Afrique ? », 2011 ;  « Habiter selon Tanella Boni », 2018). Elle fut Présidente de l’Association des Ecrivains de Côte d’Ivoire, 1991 –1997.  Prix d'excellence en littérature 2017. Professeure titulaire et philosophe elle est membre de l’ASCAD. Travaux en philosophie, sciences humaines et critique littéraire.

BIDY CYPRIEN BODO

Bidy Cyprien Bodo est Maître de conférences à l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody-Abidjan (Côte d’Ivoire). Il est membre de groupes de recherche et également responsable du programme Erasmus+ entre l’Université de Tübingen (Allemagne) et son université. Il s’intéresse, fondamentalement, à la forme picaresque du texte africain et est l’auteur de l’ouvrage « La question du picaresque dans la littérature africaine. Théories et pratiques » et co-auteur de « Les écritures de l’horreur en littératures africaines ».

MAÏMOUNA COULIBALY

Maïmouna Coulibaly débute sa carrière de journaliste en 1987, comme pigiste au quotidien Ivoir'Soir. Ex-internationale de volley-ball, elle devient la première femme journaliste sportive ivoirienne. Diplômée de l’École Supérieure de Journalisme (ESJ) de Lille, elle est la co-fondatrice du festival Fest'Africa (Lille). Elle fut en sa qualité de Secrétaire générale, la tour de contrôle de cette auberge d'artistes et d’écrivains africains et de la diaspora. Elle a aussi initié des projets au Rwanda et au Tchad. Opératrice culturelle, elle est membre du Comité Artistique International du Marché des Arts du Spectacle d’Abidjan (MASA) et en charge des Lectures scéniques.

 

POUR SOUMETTRE UN TEXTE

Les participants doivent garantir l’originalité de leurs idées, exprimées dans un texte inédit. Un seul envoi par auteur. Après les résultats, les lauréats s’engagent à accepter que leurs textes soient publiés par les éditions Les Classiques Ivoiriens.

Envoyez votre texte à l’adresse suivante:

soumettre.concourscotedivoire@gmail.com

(En cas de difficulté copiez l'adresse email.)